Le jeudi 16 septembre 2021 à 9 heures 30 min, s’est tenue, dans la salle de conférence de la Direction Générale de la Facture Normalisée, une rencontre sur la « Collaboration entre Douane et commerçants, défis et enjeux sur le système douanier » présidée par le premier responsable de l’Association Sougrinooma des jeunes commerçants et ouvriers du Burkina Faso (ASJCOB/ASLCK). Cette rencontre avait pour objectifs de sensibiliser les commerçants sur le civisme fiscal et de servir, en cette période de flambée de prix des produits de grande consommation, de cadre d'échanges entre les différents acteurs que sont les commerçants, les transitaires et les douaniers.
 
Etaient présents, outre le président de l’Association Sougrinooma, l’équipe du Comité Anti-corruption de la Direction Générale des Douanes (DGD), le Directeur Régional Adjoint des Douanes du Centre, les membres et sympathisants de l’Association Sougrinooma et d’associations sœurs de commerçants venus d’autres villes du Burkina, les représentants de l’Association Professionnelle des transitaires et Commissionnaires en Douane Agréés, les représentants du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement et les représentants du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat.
 
A l’entame de la rencontre, le président de l’Association ASJCOB/ASLCK, El hadj OUEDRAOGO Lassane, prenant la parole, a souhaité la bienvenue à tous les participants. Il a rappelé l’objectif de la rencontre en précisant qu'en cette période de flambée des prix des marchandises, constatée tant au Burkina Faso que dans d'autres pays, due à la pandémie de la COVID-19, il était indiqué de tenir une telle rencontre pour permettre aux transitaires, aux commerçants et aux douaniers d'échanger. Il a surtout invité les uns et les autres à mener les débats francs et constructifs dans l’intérêt de la nation toute entière, avant de déclarer ouverte la séance des échanges.
 
Quant à Monsieur Boureima KABORE, il a renchéri en affirmant que cette rencontre permettra aux populations de comprendre que l’augmentation des prix des produits n'est pas imputable au seul chef des commerçants, d'où la présence des principaux acteurs à cette rencontre en vue d'apporter des éléments de réponse aux préoccupations des participants.
 
Au cours de cette rencontre, le président du CAC de la Direction Générale des Douanes, l’Inspecteur Divisionnaire des Douanes OUEDRAOGO Amadou a, dans un premier temps présenté la Direction Générale des Douanes à travers son organisation, ses missions et son fonctionnement. Il a ensuite rappelé brièvement le rôle des différentes directions techniques, des directions régionales ainsi que celui des différents offices des douanes avant de s'appesantir sur la mission du CAC de la DGD et le rôle de ses membres dont il assure présidence. A ce niveau, il a relevé que l'une des missions du CAC est de sensibiliser aussi bien les agents des douanes que les autres acteurs sur les objectifs du Comité ainsi que les effets de la corruption sur l’économie nationale. Sur ce point, il a surtout précisé que la sensibilisation des agents des douanes a déjà commencé sur le terrain. Il a aussi ajouté qu'à l'image du CAC de la DGD, plusieurs autres comités anti-corruption existent également dans les autres structures étatiques et ils ont été mis en place par décision du gouvernement burkinabè.
 
Pour ce qui est de la flambée des prix des produits, il a relevé qu'elle n'est pas non plus imputable aux services des douanes qui ne font qu’appliquer les textes sous-régionaux, régionaux et internationaux (UEMOA, CEDEAO...) à l'occasion des formalités de dédouanement des marchandises à leur niveau. Il a aussi soutenu que cette rencontre est la bienvenue et doit être pérennisée, étant donné qu’elle constitue un cadre d'échanges qui permet aux uns et aux autres de poser leurs préoccupations afin de les aplanir et d'y apporter des solutions idoines.
 
Quant à Monsieur Huges BASSOLE, représentant l’Association Professionnelle des Transitaires et Commissionnaires en Douane Agréés, il a, dans un premier temps, expliqué les termes « transitaires » et « commissionnaires en douane agrées » ainsi que leur rôle dans le processus de dédouanement, à savoir ce que le transitaire fait avant l’importation de la marchandise, lors de son acheminement jusqu’à son dédouanement dans un office de douanes. Il a brièvement expliqué les conditions d’obtention de l’agrément en douane et affirmé que cette procédure est importante dans la mesure où la Direction Générale des Douane a entrepris d’assainir le métier de déclarant en douane.
 
Au cours des échanges, les participants ont posé quelques préoccupations auxquelles les représentants des commerçants, des déclarants et du CAC de la DGD ont apporté des éléments de réponse. Ce fût particulièrement l'occasion pour le CAC de sensibiliser les uns et les autres sur le civisme fiscal et les bonnes pratiques en matière douanière.
 
SCRP-DGD.
Recommend
  • gplus
  • pinterest