signature protocale dgd0
La Direction Générale des Douanes (DGD) du Burkina Faso et celles du Togo et du Niger ont signé, le vendredi 23 août 2019 à Ouagadougou, le Protocole d’accord et de l’Instruction cadre sur le déploiement du Système Interconnecté de Gestion des Marchandises en Transit (SIGMAT).
Dès son démarrage au Togo, un camion à destination du Niger, transitant par le Burkina Faso fera désormais un gain substantiel en temps et en argent. En effet, une fois les informations sur la cargaison enregistrées, elles seront communiquées aux services douaniers du Burkina Faso et du Niger, grâce à l’interconnexion de leurs systèmes informatiques, facilitant ainsi le transit. Ce pas de géant dans le processus d’intégration économique dans les Etats membres de la CEDEAO a été matérialisé par une signature du Protocole d’Accord et de l’Instruction cadre par les Directions Générales des Douanes du Burkina Faso, du Niger et du Togo, le vendredi 23 août 2019 à Ouagadougou. Ce, à l’issue de 72 heures de travaux, d’un comité d’experts en législation et en informatique des trois pays, du 20 au 22 août 2019. signature protocale dgd2
Pour le chef de projet interconnexion de la partie burkinabè, l’inspecteur divisionnaire des Douanes, Issa ZAN, les experts ont identifié les différents itinéraires de transit entre les trois pays et un planning de déploiement général du Système interconnecté de gestion des marchandises en transit (SIGMAT) pour le 1er octobre 2019 au plus tard. Ils ont aussi recommandé la mise en place, dans chaque Administration douanière, d’un comité technique permanent de suivi de l’interconnexion, l’élaboration d’une instruction cadre sous régionale entre le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, afin d’éviter la multiplication des procédures. De plus, ils recommandent la mise en place d’un suivi satellitaire interconnecté des véhicules de marchandises en transit, l’élaboration d’une procédure manuelle harmonisée sous régionale de reprise des activités en cas de panne du système informatique et la mise place d’un fonds de garantie unique par les Chambres de commerce des trois pays.
signature protocale dgd1
Avant de signer le Protocole d’accord et l’Instruction cadre sur le déploiement de SIGMAT, le Commissaire des douanes et des droits indirects du Togo, Kwawo ESSIEN ATTA KAKRA, a fait savoir que cette signature marque un tournant important dans les relations entre les trois Administrations douanières. « Un lot de travail a été effectué mais cette signature constitue le début de nouvelles responsabilités pour nous. Nous lions ainsi le sort de nos Administrations et par conséquent le sort de nos trois Etats », a-t-il dit. Pour sa part, le DGD du Niger, Amadou PETITOT, a estimé qu’au-delà de ces trois pays, l’interconnexion ouvre un boulevard pour élargir la coopération aux pays membres de l’UEMOA et, par la suite, de la CEDEAO. A l’entendre, elle évitera surtout à son pays des manques à gagner de recettes douanières, parce que de nombreuses cargaisons quittent le Togo pour le Niger sans jamais y arriver. Amadou PETITOT a donc pris un engagement sans faille des Douanes nigériennes au respect des clauses du Protocole et particulièrement du chronogramme de sa mise en œuvre.
Le DGD du Burkina Faso, Adama SAWADOGO, a quant à lui, rappelé que c’est le 22 mars 2019 à Abidjan en Côte d’Ivoire que les DGD de la CEDEAO ont procédé au lancement officiel du SIGMAT et validé le plan régional de son déploiement ; d’où cette signature de l’Accord et de l’Instruction. Pour le DGD du Burkina, l’interconnexion offre de nombreux avantages comme le renforcement des liens commerciaux à travers la lutte contre la fraude et les tracasseries, l’amélioration de la compétitivité de l’économie sous régionale, la fiabilisation et la traçabilité réelle des flux commerciaux et la maîtrise et la sécurisation des recettes. Adama SAWADOGO a donc encouragé ses homologues du Togo et du Niger à œuvrer pour la réussite du déploiement de SIGMAT entre les trois pays, promettant pour sa part, de s’employer à soutenir ce déploiement à tous les niveaux, afin de faire de l’interconnexion des Douanes de la CEDEAO, un exemple qui pourrait inspirer d’autres Administrations de la région Afrique de l’Ouest et Centrale (AOC) de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD).
Recommend
  • gplus
  • pinterest